Tags

Related Posts

Share This

L’avenir sera small, smart and sensitive

Avec les doigts …

 

Chaque année le CES (entre-autres) nous apporte sa débauche de nouveautés technologiques, toutes censées nous simplifier la vie… en commençant par nous la compliquer, le temps de comprendre comment ça marche. Mais insensiblement, l’année 2009 marque un tournant pour les nouveautés technologiques, s’éloignant des geeks et de leur religion techno-monothéiste. Une inflexion discrète mais décisive, qui va révolutionner la manière d’appréhender les outils technologiques et leurs usages. Bienvenue dans l’ère des « 3 S »: Small, Smart & Sensitive.

Small

Small, « petit » en Molière. On avait déjà assisté dans les années 80 aux miracles nippons qui nous faisaient rentrer un calepin avec lampe de poche et 318 fuseaux horaires dans une montre, pour un prix astronomique. Désormais, la tendance est à la miniaturisation utile, belle et surtout abordable.

A l’image de ces machines dénommées « ultraportables » (le premier de la lignée est le Asus eeePC, mon préféré le MSI Wind), dans un premier temps injustement dénigrées, telle une Logan de l’informatique, et qui deviennent aujourd’hui le must des ventes dans un secteur en mal de croissance. Et les déclinaisons, de toutes tailles, vont être très nombreuses…

Pourquoi un tel engouement pour ces micro-ordinateurs portables? /Le prix plancher (autour de 400 euros), l’usage nomade démocratisé (wifi, clé USB 3G…), la puissance tout ce qu’il y a de convenable, l’autonomie (entre 2h30 et 5h), l’encombrement (plus petit qu’une feuille A4) et le poids (entre 0,9 et 1,2kg). Et je vous le fais en blanc, noir ou rose pour le même prix. L’outil nomade par excellence, polyvalent, pratique, pour taper un texte, retoucher une photo ou regarder un film. Ajoutez-y un micro-projecteur qui tient dans la main, et c’est le cinéma où vous voulez quand vous voulez. Une surface blanche, un câble, une source vidéo (ordinateur, téléphone ou iPod) et c’est parti pour le spectacle en salle d’attente du dentiste ou la soirée video Djing.

Smart

Cible numéro un, le téléphone mobile. Objectif: en faire un outil plus intelligent, par l’ajout de fonctions utiles au quotidien. C’est déjà le cas? Oui. Sauf qu’il s’agit d’absorber des objets que vous avez déjà dans votre portefeuille, de les rendre transparents pour qu’ils soient encore plus indispensables. Concrètement, la révolution tient en trois lettres: NFC, pour Near Field Communication (« communication de proximité »), une technologie qui amalgame cartes de transports, de fidélité et de paiement dans votre mobile. Ne reste plus qu’à opérer une « passe magique » sur la borne adéquate pour composter son billet, engranger des points ou payer son achat. Désormais, votre mobile sera votre meilleur compagnon. Il permettra (presque) tout dans la vie de tous les jours, y compris… téléphoner.

Sensitive

Petit, intelligent, mais sensible, voire sensuel. L’iPhone a ouvert la voie, avec son écran géant, ses boutons invisibles et sa dalle de verre qu’il suffit d’effleurer pour qu’il réponde au doigt (mais pas encore à l’oeil). Et de se demander comment on avait pu vivre avec des stylets durant quinze ans alors que nous étions tous équipés du meilleur pointeur au monde: le doigt. Le tactile multitouch est la dernière pièce du tableau. Il offre un nouveau confort à l’utilisateur, naturel, intuitif. Dans cinq ans, vous regarderez votre souris d’ordinateur comme un objet de curiosité, tant le fait de caresser ou bouger devant votre écran sera devenu familier, pour feuilleter, éparpiller, surligner, pivoter, agrandir, jeter… iPhone, Palm Pré, mais aussi HP TouchSmart, Asus eeeTop ouvrent le bal, avant l’arrivée hypothétique d’une table Microsoft Surface ou d’un Keanu d’Orange Vallée. Attendez-vous aussi à voir apparaître nombre de sprays anti-traces de gras, la surprenante rançon périphérique du succès.

Simple ?

Ces « 3 S » vont irrémédiablement changer nos relations aux outils technologiques et à l’usage que nous en faisons. Plus que l’objet, la fonctionnalité et l’expérience prennent le pas sur la technique. La combinaison de ces « 3 S » va améliorer durablement notre vie en rendant les interactions plus simples et naturelles avec les machines, nous rapprochant d’elles, nous réconciliant avec elles. Fluidité et simplicité, le quatrième « S ». Il sera indispensable et décisif dans les dix ans qui viennent.

 

Cet article a été publié sur Read Write Web le 13 janvier 2009