Le digital va-t-il envahir le commerce ?

A l’ère du digital, beaucoup de secteurs et d’activités subissent des changements fondamentaux dans leur fonctionnement. Cela nécessite de s’adapter en permanence, d’autant plus que les nouvelles technologies se battent sans cesse contre la routine : nous avons à peine le temps de nous habituer à une nouveauté qu’une autre la remplace.

 

De nouveaux consommateurs…

L’un des secteurs le plus touché par cette révolution est sans aucun doute le commerce. Nous n’achetons et ne consommons plus de la même manière, mais surtout nos démarches ne sont pas les mêmes. Grâce à Internet aujourd’hui, nous avons accès à toutes les informations dont on a besoin en quelques secondes. Le consommateur de 2013 est un consommateur avisé et à la recherche du meilleur pour lui, que ce soit en terme de prix ou de qualité. De fait, il adoptera un comportement en adéquation avec ses attentes sur le produit qu’il envisage d’acheter.
C’est pour cela qu’on assiste à un nouveau (quoi que plus si nouveau) comportement dit « ROPO » (Research Online Purchase Offline) de la part des acheteurs qui consiste à se renseigner sur Internet avant d’aller acheter leur produit en magasin.

… face à des commerçants en retard

Dans la logique des choses, qui dit nouvelle demande dit nouvelle offre. Et pourtant, est-ce vraiment le cas ? Les commerçants sont-ils au même « niveau digital » que leurs clients ? Ont-ils même pleinement conscience des enjeux du web ?
Mappy et BVA ont mené une étude sur le sujet du Web-to-Store qui montre un retard inquiétant des commerçants sur les consommateurs. En effet, 82% des commerçants ne voient pas l’intérêt du Web-to-Store, alors que 90% des consommateurs indiquent leurs attentes ! Pire encore, 60% des commerçants ne se sentent même pas menacés par le digital. Cette étude montre un dénis de la part des commerçants et un vrai besoin de prise de conscience. Une autre problématique étant le manque de temps et de savoir-faire des commerçants face à la digitalisation.

Le Web-to-Store à la rescousse

Le Web-to-Store répond à une demande importante des consommateurs qui veulent tout savoir tout le temps et partout. Mais il répond aussi à un besoin de présence des commerces physiques. Aujourd’hui, être visible n’est plus une question d’emplacement physique mais de présence sur les carrefours d’audience. Dans un second temps, les commerçants doivent donner le maximum d’informations aux consommateurs sur leurs boutiques car plus l’acheteur aura d’infos sur le produit qu’il veut dans telle boutique, plus cela l’incitera à venir dans cette boutique pour finaliser son achat après avoir vu le produit en vrai. Le digital représente désormais un point clé du business des commerces.

Le Web-to-Store et le consommateur ROPO présentent de nouvelles opportunités pour les commerçants qui entreront dans une démarche digitale. Mais il s’agit aussi d’enjeux importants car ceux qui prendront le plus de retard risquent, à terme, de ne plus pouvoir le rattraper.