Génération Quoi : Pourquoi ?

Mardi dernier, France 2 diffusait le troisième et dernier épisode de son reportage au sujet de la grande enquête nationale à la découverte de la « vraie » vi(e)sion des jeunes de 18 à 35ans. Ils les ont appelé la « Génération Quoi », mais on les appelle aussi plus couramment la Génération Y, ou encore les digital natives.

 

Un questionnaire pour savoir et un reportage pour comprendre

Cette enquête a d’abord été lancée sous forme d’un grand questionnaire adressé aux jeunes et aux moins jeunes de cette génération afin de tout savoir sur ce qu’ils pensent de la société d’aujourd’hui, de celle d’avant, de celle d’après, de la politique, l’économie, les médias, mais aussi de leur situation financière et familiale, leur avenir, leur sexualité, leurs doutes, leurs craintes, leurs joies… Bref, tout savoir.

De nombreuses statistiques ont été obtenues, mais les chiffres ne suffisent pas à comprendre. Ce questionnaire a alors donné lieu à un documentaire en trois épisodes phares, ou des journalistes suivent pendant plusieurs mois des jeunes de cette génération en pleine évolution. Qu’ils passent le bac, tentent des études supérieures ou cherchent du travail, tous les jeunes interrogés se dévoilent réellement sur ce qu’ils ressentent et sur ce qu’être un jeune d’aujourd’hui implique pour eux.

 

La Génération Y, c’est quoi ?

En France, l’expression  « Génération Y » désigne les personnes nées entre 1978 et 1994. Inventée en 1993 par le magasine Advertising Age, l’expression  «Génération Y » désigne la génération qui suit la « Génération X »  (née approximativement entre 1965 et 1977).
D’autres expressions sont couramment utilisées pour faire référence à cette génération. On parle notamment  des « Echos Boomers » en référence au fait que beaucoup sont des enfants de baby-boomers ou des « Enfants du millénaire »  en lien avec leur date de naissance.  Les américains utilisent  également l’expression « Digital Natives » pour pointer  le fait que ces enfants  sont  nés  avec un ordinateur ou tout simplement les diminutifs « GenY » ou « Yers ».

En France, la génération Y regroupe environ  13 millions de personnes soit près de 21% de la population française. Il s’agit de la génération la plus importante depuis la génération du baby-boom.

 

Une génération qui intrigue

Génération Quoi est un reportage vraiment intéressant, profond et parfois même émouvant. Je pense que toutes les personnes de cette génération se sont reconnues dans au moins un des personnages à un moment donné. Sans tomber dans le misérabilisme, cette enquête a permis de mettre en avant les vraies difficultés rencontrées par la GenY, au delà de tous les clichés qu’on peut entendre ou croire.

Moi, je fais partie de cette « fameuse » génération. Je dis fameuse parce que j’ai le sentiment qu’on n’a jamais auparavant été aussi intrigué par une génération, du moins au point d’en faire une enquête à l’échelle nationale. Ce qu’on a de différent ? On est à la croisée de deux mondes. Celui de nos parents et grands parents, qui ne connaissaient ni Internet ni la crise et n’avaient quasiment pas de technologies avancées leur permettant de communiquer facilement et spontanément. Et celui de nos enfants, qui naîtront déjà en plein dedans et apprendront à grandir avec les nouvelles technologies, la globalisation, la communication de masse, l’après-crise, enfin j’espère…

Nous, on a commencé à grandir sans, et puis ils sont arrivés petit à petit dans notre enfance ou notre adolescence, et on a su les apprivoiser bien plus vite et bien mieux que nos parents, puisqu’on était suffisamment jeunes pour accepter facilement de tels changements. On est un peu la génération « test » finalement. On découvre les technologies, on les essaye, on les exploite, on les rend obsolètes et on en créée d’autres pour pouvoir recommencer.

 

Internet et la crise : un résultat mitigé

Avant Internet, l’accès à l’information et à l’apprentissage étaient plus difficile et chacun devait trouver son « créneau » pour pouvoir se construire un avenir.

Aujourd’hui, des milliers de nouveaux créneaux se développent sans cesse, tout le monde a la possibilité d’acquérir un savoir relativement important (ne serait-ce qu’en demandant à Google), et il faut choisir sa place. Mais comme on est très nombreux, notamment à cause de la crise, on n’a pas forcément le « choix ». Alors on essaye de trouver une place ou on sera bien quand même.

Si on part de ce principe, Internet n’a fait que modifier notre façon d’évoluer et de communiquer. Pour autant, cela n’a pas forcément facilité notre démarche. La problématique de l’apprentissage et du passage à l’âge adulte reste la même, qu’on fasse partie de la Génération Y ou pas.

 

Pour (re)voir le reportage Génération Quoi, c’est là 

Et sinon :