FailCon Paris : se ramasser ça a du bon sept20

Tags

Related Posts

Share This

FailCon Paris : se ramasser ça a du bon

Après une première édition qui avait valeur de test le 1er février 2001, voici venir la deuxième et en fait première « véritable » FailCon en France chez Microsoft France à Issy les Moulineaux le 22 septembre.

Pour cette seconde édition, il fallait bloquer toute la journée. Intérêt de la chose : apprendre des erreurs des entrepreneurs. Autrement dit, FailCon part d’un principe simple : se ramasser ça a du bon. Typiquement US comme point de vue, ce qui ne va pas manquer de faire grincer des dents de ce côté de l’Atlantique.

Et pourtant, le succès de ces conférences prouve qu’au-delà de l’effet cathartique d’être en présence de personnes qui ont su tomber pour mieux se relever, il y a envie d’apprendre de manière constructive pour éviter des chausses-trappes et entreprendre. Je trouve cela plutôt encourageant :-)

Côté organisation, Cass Phillipps a commencé les conférences FailCon en 2009 avec Diane Loviglio, la fondatrice d’une startup dans les technologies propres. Pour l’édition en France, Roxanne Varza (de Startupbootcamp, TechCrunch France et Girls in Tech Paris) a assisté à l’organisation.

Parmi ses conférences, Cass et ses co-organisatrices visent à changer l’opinion vis-à-vis l’échec. L’echec est souvent considéré comme un sujet tabou pour les fondateurs et les investisseurs, notamment en Europe. Pourtant, l’entrepreneur fait naturellement beaucoup de fautes et d’erreurs. Failcon donne la possibilité de partager les leçons apprises avec la communauté.

Aux Etats-Unis, cet évènement attire plus de 500 entrepreneurs et investisseurs chaque année. L’équipe organisatrice prévoyait environ 250 participants pour cette édition à Paris, et la salle était à 80% pleine.

Côté intervenants, il y avait du beau monde répartit sur toute la journée du 22, jugez plutôt :

Ce qu’il fallait en retenir

L’intervention la plus marquant de la journée est pour moi celle de Ricardo Sousa qui nous expliqua toutes les erreurs qu’il avait fait durant sa première start-up : ne pas rester focus, ne pas écouter les retours clients, travailler avec ses amis…

« Avec les doigts » y était ! Damien Douani a interviewé à chaud des entrepreneurs présents, comme Marc Rougier et Alain Baritault, sans oublier la délicieuse productrice de FailCon, Cassandra Phillips :